jeudi 16 juin 2016

Le royaume de Dieu qui ne vient pas, l'échec fondamental de Jésus


Les Évangiles sont remplis de contradictions, d’erreurs et d’impossibilités. Certaines sont minimes et d’autres sont de nature à remettre en cause le Christianisme.
Toutes ces impossibilités, toutes ces erreurs, toutes ces contradictions sont connues des prêtres, des évêques et des papes. Mais peu d’entre eux osent présenter ces faits à leurs ouailles.

Nous avons étudié quelques unes de ces autres contradictions :
Les chrétiens peuvent-ils recourir à la violence ?
Les chrétiens face à la violence de Jésus et de Dieu
La prière du pape pour les victimes du terrorisme, un exemple d'incohérence chrétienne

Mais cet article s'attaque à une autre contradiction, la plus fondamentale du Christianisme...

Tout d'abord, il convient de rappeler que le Catholicisme, a participé de manière absolument évidente et certaine à la grandeur de la France et de l’Europe. Il ne s’agit pas ici de nier cet apport ou de critiquer bêtement les croyants.
Il s’agit de noter que cet apport s’est réalisé grâce à ce que Jacques Ellul appelle un « subversion du Christianisme » par le Catholicisme. L’Église catholique n’a plus grand-chose à voir avec Jésus, ses disciples et les chrétiens primitifs. Et tant mieux, serait-on tenté d'ajouter !

Pour comprendre à quel point l’enseignement de Jésus était différent de celui de l’église catholique, nous allons étudier la plus grande incongruité du Christianisme, le plus grand échec de Jésus : l’annonce de l’arrivée imminente du royaume de Dieu.

L’héritier d’un courant apocalyptique


 Jésus était un prophète juif qui s’inscrivait dans une longue tradition de messianisme apocalyptique.

Apocalyspe, en Grec apocalypsis, signifie : révélation, dévoilement. Il ne s’agit donc pas de la destruction du monde par une gigantesque catastrophe. Il s’agit plutôt de la croyance que le monde, hanté par les forces maléfiques, sera bientôt dirigé par Dieu lui-même qui se chargera de détruire les forces démoniaques et d’instaurer un royaume dans lequel la misère et la souffrance seront bannies.

À l'époque de Jésus, le royaume d’Israël est occupé par les Romains et nombre de « prophètes » juifs ont annoncé la libération du royaume et la fin de temps lors de cette période pendant laquelle le peuple juif vivait sous occupation. Le plus proche de ces prophètes pour Jésus était évidemment Jean le Baptiste.
C’est dans cette droite ligne que s’inscrit Jésus.

« Il faut aussi que j'annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu; car c'est pour cela que j'ai été envoyé. » (Lc 4,43)

Qu'est-ce que le royaume de Dieu ?

Le royaume de Dieu, selon Jésus, sera la Terre, vidée de ses démons et où ni la famine, ni la maladie, ni la douleur n'existeront plus.

Concrètement, un juge céleste, le "Fils de l'Homme" viendra sur Terre pour juger les hommes. Ce "Fils de l'Homme" c'est Jésus selon le Nouveau Testament (Marc 8,32).
C'est en ce sens que son ministère se construit. Les miracles qu'il réalise sont là pour donner aux hommes un aperçu du royaume de Dieu. Il guérit les malades, les paralytiques, les aveugles, nourrit les foules, ressuscite les morts, etc.

Quand le juge céleste arrivera, les morts ressusciteront, les justes seront récompensés et les mauvais seront anéantis.

Mais dans ces jours, après cette détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire. Alors il enverra les anges, et il rassemblera les élus des quatre vents, de l'extrémité de la terre jusqu'à l'extrémité du ciel.
Marc 13, 24-27

Or, comme on arrache l'ivraie et qu'on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité: et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père.
Matthieu 13, 40-43

Après l'Apocalypse, les saints vivront éternellement dans la nouvelle Jérusalem, descendue du ciel pour remplacer l'ancienne, souillée par la corruption des pêchés. (Apocalypse 21,10-11)

Les annonces de Jésus sur l'imminence de l'Apocalypse

En gras, les annonces explicites et irréfutables.

« Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. » (Marc 1,15)

« Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance. » (Marc 9,1)

« Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. » (Marc 13,30)

« Je vous le dis en vérité, vous n'aurez pas achevé de parcourir les villes d'Israël que le Fils de l'homme sera venu. » (Mt 10,23)

« Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le Fils de l'homme venir dans son règne. » (Matthieu 16,28)

« Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. » (Matthieu 24,34)

« Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu. » (Lc 9,27)
 
« Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive. » (Luc 21,32)

Dans Marc 13, il précise les signes terribles (apocalyptiques au sens moderne du terme) qui annonceront le royaume de Dieu.

Le royaume qui ne vient pas, le choix de Jean

L’annonce de l’arrivée imminente du royaume de Dieu est particulièrement visible dans les Évangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc) mais ne l'est plus chez Jean (le plus récent). L’explication est très simple : les chrétiens, à l’époque où Jean rédige son évangile (90-95), comprennent que l’annonce de l’arrivée imminente du Royaume de Dieu est une erreur fondamentale de Jésus. Les apôtres sont tous morts sans que le royaume de Dieu ne soit apparu.
Jean s’emploie donc à effacer cette annonce gênante, bien visible dans les évangiles synoptiques !

La création du Paradis


La description du royaume de Dieu développée plus haut implique une réalité théologique révolutionnaire pour les chrétiens modernes : le paradis tel qu'il est conçu aujourd'hui n'existe pas dans l'enseignement de Jésus.
Le paradis "actuel" est une construction théologique face à l'échec de Jésus.
Voyant que les prédictions apocalyptiques de Jésus ne s'étaient pas réalisées, les penseurs chrétiens ont été obligés de composer. Ils ont donc décidé de ne plus envisager la "fin" comme la venue du royaume de Dieu sur Terre mais comme un paradis céleste, lieu d'extase éternel.

Cette vision nouvelle n’apparaît évidemment pas dans le Nouveau Testament mais dans des écrits chrétiens postérieurs comme, par exemple, dans le chapitre 6 de l'Apocalypse de Pierre.

Malgré cela, les chrétiens attendent toujours le jour où Jésus reviendra "juger les vivants et les morts".

Des enseignements suicidaires dans l'attente du royaume

Jésus a porté un message radical d'amour et de pauvreté.

1/ Il a appelé à vendre tous ses biens

« Vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis, viens, et suis-moi. » (Lc 18,22)

« Quiconque d'entre vous ne renonce pas à tout ce qu'il possède ne peut être mon disciple. » (Lc 14,33)

« Vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. » (Mc 10,21)

« Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi. Après avoir entendu ces paroles, le jeune homme s'en alla tout triste; car il avait de grands biens.
Jésus dit à ses disciples: Je vous le dis en vérité, un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux. Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. » (Mt 19,21-24)

2/ Il a appelé à ne pas se marier et à ne pas procréer

« Ses disciples lui dirent: Si telle est la condition de l'homme à l'égard de la femme, il n'est pas avantageux de se marier. Il leur répondit: Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère; il y en a qui le sont devenus par les hommes; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne. » (Mt 19,10-12)

3/ Il a appelé à rejeter les liens familiaux

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi; celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n'est pas digne de moi. » (Mt 10,37-38)

« Comme Jésus s'adressait encore à la foule, voici, sa mère et ses frères, qui étaient dehors, cherchèrent à lui parler. Quelqu'un lui dit: Voici, ta mère et tes frères sont dehors, et ils cherchent à te parler. Mais Jésus répondit à celui qui le lui disait: Qui est ma mère, et qui sont mes frères? Puis, étendant la main sur ses disciples, il dit: Voici ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma soeur, et ma mère. » (Mt 12,46-50)

« La foule était assise autour de lui, et on lui dit: Voici, ta mère et tes frères sont dehors et te demandent. Et il répondit: Qui est ma mère, et qui sont mes frères? Puis, jetant les regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui: Voici, dit-il, ma mère et mes frères. Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma soeur, et ma mère. » (Mc 3,32-35)

« La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver; mais ils ne purent l'aborder, à cause de la foule. On lui dit: Ta mère et tes frères sont dehors, et ils désirent te voir. Mais il répondit: Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. » (Lc 8,19-21)

« Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t'a porté! heureuses les mamelles qui t'ont allaité ! Et il répondit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent! » (Lc 11,27-28)

« Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. » (Lc 12,51-53)

« Je vous le dis en vérité, il n'est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou sa femme, ou ses frères, ou ses parents, ou ses enfants, ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle. » (Lc 18,29-30)

« Le vin venant à manquer, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont point de vin. Jésus lui répondit : Femme, qu’ya-t-il de commun entre vous et moi ? » (Jn 2,3-4)

4/ Il a appelé à ne plus se préoccuper de comment se nourrir ou se vêtir

« Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. » (Lc 12,22)

« C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement? Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » (Mt 6,25-33)

« Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une soeur, nommée Marie, qui, s'étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe, occupée à divers soins domestiques, survint et dit: Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma soeur me laisse seule pour servir? Dis-lui donc de m'aider. Le Seigneur lui répondit: Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. » (Lc 10,38-42)

5/ Il a appelé à ne pas se défendre et à aimer ses ennemis et à accueillir les étrangers

« Vous avez appris qu'il a été dit: oeil pour oeil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Si quelqu'un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.
Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.
» (Mt 5)

« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. Si quelqu'un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un prend ton manteau, ne l'empêche pas de prendre encore ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas ton bien à celui qui s'en empare. Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux. » (Lc 6,27-31)

« Tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée. » (Mt 26,52)

« J'étais étranger, et vous m'avez recueilli [...] Les justes lui répondront: Seigneur, [...] quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli ? [...] Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites.

Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car
[...] j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli [...]. Ils répondront aussi: Seigneur, quand t'avons-nous vu [...] étranger [...] et ne t'avons-nous pas assisté? Et il leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle. » (Mt 25)

Pourquoi de telles demandes claires et explicites qui, si elles étaient suivies, mèneraient à la ruine de tout peuple à moyen terme ?

Tout simplement car il annonçait l'arrivée imminente du royaume de Dieu !


Conclusion


Il est annoncé clairement par trois évangélistes que Jésus était un prophète apocalyptique qui annonçait la venue imminente du royaume de Dieu. Il a même précisé de manière limpide à ses apôtres que cette venue aurait lieu du vivant de certains d’entre eux.

Cette annonce, qui est le cœur du message de Jésus s’est avérée fausse.

Comment, dès lors, croire en la nature divine de Jésus ? Comment imaginer un seul instant qu’il ne fut rien d’autre qu’un faux prophète, comme il y en eu avant lui et après lui ?

La seule issue logique serait de considérer que les évangélistes ont mal compris et/ou mal reproduit le message de Jésus. C’est complètement improbable étant donné la concordance des trois synoptiques et l'importance fondamentale de ce message.
Pire, tout chrétien qui renoncerait à croire au fait que l’écriture des évangiles a été inspirée par l’Esprit-saint est-il toujours chrétien ? Sur quoi se baserait-il dès lors pour vivre sa foi ?

Voilà la contradiction terrible du Christianisme.

Cette contradiction, tous les prêtres, tous les pasteurs, tous les évêques et tous les papes la connaissent parfaitement. Mais en est-il autant pour ceux qui se pressent sur les bancs de l’église le dimanche matin ?

Pour aller plus loin :

- Le documentaire en 3 parties et 34 épisodes Corpus Christi fait intervenir divers spécialistes afin d’étudier la vie de Jésus, le christianisme primitif et la formation de l’église chrétienne.
Sachant qu’avec un peu de bonne volonté, il existe des liens torrents aisément trouvables.
Les 3 parties sont : Corpus Christi, L'Origine du Christianisme et L’Apocalypse.

- La Construction de Jésus par Bart Ehrman est un état des lieux des multiples incohérences du Nouveau Testament et des dogmes chrétiens. Son auteur, brillant exégète, était fervent croyant avant de devenir agnostique suite à ses recherches.

- Pourquoi nous ne pouvons pas être chrétiens (et encore moins catholiques) par Piergiorgio Odifreddi est un livre au ton bien plus polémique que le précédent mais son auteur, professeur de logique mathématique, s’appuie sur une analyse toute aussi rigoureuse des textes sacrés. A noter qu’il s’attaque également aux textes de l’Ancien Testament.

6 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je me permets de poster ici un commentaire du prêtre de ma paroisse.

    Ces affirmations concernant la personne de Jésus-Christ Fils de Dieu sont totalement contraires à l'Évangile et à la foi catholique ;



    1)Pour répondre dans un premier temps à cette affirmation :
    La venue du Royaume de Dieu ; C'est une interrogation de Toujours dans le milieu Juif et, différemment, dans le milieu chrétien :
    A l'Ascension , c'est la question des apôtres : "Seigneur, est-ce en ce temps que tu vas rétablir la royauté pour Israël ?" (Ac 1,6)
    Durant sa vie terrestre : "Jésus connaissant qu'on allait venir et l'enlever pour le faire roi, se retira de nouveau dans la montagne, tout seul." Jn 6,15
    Cette question parcourt l'Écriture dès qu'Israël est constituée comme peuple de Dieu.
    Dans l'Apocalypse, elle se pose en des termes un peu différents, mais très intéressants :
    "Et lorsque [l'Agneau] ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été égorgés à cause de la parole de Dieu et du témoignage qu'ils avaient. 10 Et ils crièrent d'une voix forte, disant :
    « Jusques à quand Maître saint et véridique, ne juges-tu pas, et ne venges-tu pas notre sang [en le redemandant] à ceux qui habitent la terre ? »11 Et il leur fut donné à chacun une robe blanche et il leur fut dit de se tenir en repos encore un peu de temps, jusqu'à ce que fussent au complet, et leurs compagnons d'esclavage, et leurs frères qui vont être tués tout comme eux." Ap 6,9-11


    D'abord, au chapitre 11 : 15 Et le septième ange sonna de la trompette, et il y eut dans le ciel des voix fortes qui disaient :
    « La royauté du monde a passé à notre Seigneur et à son Christ, et il règnera pour les éternités d'éternités ! »




    Et la réponse à la question de ceux qui avaient été égorgés se trouve au terme de l'Apocalypse au chapitre 19 :

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 20 « Exulte à son sujet, ciel, et vous, les saints, et les apôtres, et les prophètes ; car, en la jugeant, Dieu vous a fait justice. »
      21 Et un ange vigoureux prit une pierre comme une grande meule et la jeta dans la mer, en disant : « Ainsi, d'un coup, sera jetée Babylone, la grande ville, et jamais plus on ne la trouvera. 22 Et la voix des citharistes, et des musiciens, et des flutistes, et des trompettistes jamais plus ne s'entendra chez toi ; et aucun artisan d'aucun art jamais plus ne se trouvera chez toi ; et le chant de la meule jamais plus ne s'entendra chez toi ; 23 et la lumière de la lampe jamais plus ne brillera chez toi ; et la voix de l'époux et de l'épousée jamais plus ne s'entendra chez toi, parce que tes marchands étaient les grands de la terre, parce que toutes les nations ont été égarées par ta sorcellerie, 24 et que chez elle on a trouvé le sang de prophètes et de saints, et de tous ceux qui ont été égorgés sur la terre. »
      19 Après cela, j'entendis comme une voix forte de foule nombreuse, dans le ciel, qui disait : « Alleluia ! Le salut, et la gloire et la puissance sont à notre Dieu ; 2 car véridiques et justes, ses jugements ! Car il a jugé la grande Prostituée qui a corrompu la terre par sa prostitution, et il a vengé le sang de ses esclaves de sa main. »
      3 Et une seconde fois ils dirent : « Alleluia ! Et sa fumée monte pour les éternités d'éternités ! »


      Voilà en quelques mots pour la Royauté et le Royaume de Dieu, sachant qu'il faut garder en mémoire la parole du Christ : Mon royaume n'est pas de ce monde Jn 18,36 et le dialogue qui suit avec Pilate.


      2)Pour ce qui est de l'accusation de Faux prophète ;
      Si on regarde comment est désigné un faux prophète dans la Révélation (= Les Écritures), lire Dt 18,21-22 (sur la prophétie) : si ce qu'il dit n'arrive pas : c'est par présomption qu'il a parlé, donc c'est un faux prophète.
      Cf Ap 20,10 sur le faux prophète

      Toute la question est la question de l'Attente :
      Cf 2 P 3,8-10

      et les faux docteurs : 2P 2,1-3

      Cette affirmation est un blasphème contre la foi, elle nie que Jésus est le Grand prophète annoncé par Moïse en Dt 18,15 elle va contre l'affirmation qu'il est La Vérité et la vie Jn 14,6
      et cette affirmation vient de l'ennemi pour jeter le trouble.

      Et en général en face de ce genre de situation : 2 Tim 3,1,5


      Je rappelle que je poste en place de quelqu'un d'autre, et ne saurait donc argumenter sur ce commentaire, mais ces points d'analyse sont données à titre informatif afin d'apporter un contrepoids à ces accusations. Merci.

      Supprimer
    2. 1/ Il n'y a aucun argument opposé à cet article dans la première partie de la réponse.

      La venue du royaume de Dieu est annoncée du vivant de certains apôtres de manière explicite et irréfutable à quatre reprises :

      « Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venir avec puissance. » (Marc 9,1)

      « Je vous le dis en vérité, vous n'aurez pas achevé de parcourir les villes d'Israël que le Fils de l'homme sera venu. » (Mt 10,23)

      « Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le Fils de l'homme venir dans son règne. » (Matthieu 16,28)

      « Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu. » (Lc 9,27)

      Qui peut nier cela ? Jésus s'est donc trompé.

      ____________


      2/ Pour la locution : "Mon royaume n'est pas de ce monde", voici l'analyse d'un spécialiste catholique.

      "« Mon royaume n’est pas de ce monde » (…) la formule « de ce monde » ne signifie nullement que Jésus refuse de reconnaître à Sa Souveraineté un caractère de royauté sociale ; le « de ce monde », « de hoc mundo », exprime ici l’origine et jamais latiniste ne l’a nié. Ma royauté n’est pas de ce monde ; c’est-à-dire : ma royauté n’est pas une royauté selon ce monde, mon royaume n’est pas un royaume comme ceux de la terre, qui sont bornés, sujets à mille traverses... Ma royauté et beaucoup plus que cela. Mon royaume ne connaît pas de frontières. Il est infini, éternel ; il ne dépend ni d’un plébiscite, ni du suffrage universel. Le bon ou le mauvais vouloir des hommes ne peut rien contre lui. Ma royauté n’est pas une royauté qui passe.

      [...]

      Jésus traite ici la question d’origine et non celle de terrain et de compétence. Rien qui signifie que Son royaume ne soit pas en ce monde ou sur ce monde…"

      ____________


      3/ Enfin, dans le deuxième message, les arguments utilisés pour dire que l'analyse est fausse n'en sont pas.

      Plutôt que de dire "cette affirmation est un blasphème contre la foi", il faut le prouver !

      Pour cela, il faut prouver que Jésus n'a pas annoncé l'imminence du royaume de Dieu.

      Et citer Timothée 3 est une double erreur à cet égard.

Premièrement car ce n’est pas un argument recevable.
Deuxièmement, car les épîtres pastorales (dont fait partie Timothée 3) ne sont pas l’oeuvre de Paul mais ont été écrites après sa mort. Cf. /La Construction de Jésus/, Bart Ehrman, H&O, p.178-183.

      Il s’agit d’un faux.

      Supprimer
    3. Pour info, l'intervenant précédent ne citait pas Timothée 3 (qui n'est pas canonique), mais Timothée 2: voila la référence qu'il donnait: 2 Tim, 3, 1,5
      le 3 n'est que le chapitre... et non le numéro de l'épitre; cela se lit donc: deuxième épitre à Timothée, chapitre 3 verset 1 et 5 (ou plus probablement 1 à 5)

      Supprimer
    4. J'avais bien compris cela, pas de soucis ;)

      Cela ne résout pas la question de l'authenticité des épîtres pastorales qui ne sont vraisemblablement pas écrites par Paul (analyse du vocabulaire grec employé citée par Bart Ehrman, cf. commentaire précédent).

      Supprimer
  2. Une réponse : http://www.dominicainsavrille.fr/jesus-et-les-simplistes/

    RépondreSupprimer